Mieux vaut tard que jamais

31 janvier 2019 Agnès Bases

Bon, pour la bonne année, ça fait un peu réchauffé, alors passons directement au vif du sujet, à savoir, après 10 années à tenir (plus ou moins assidûment) ce blog, la nécessité de faire le point, écopoint j’entends.

Ça tombait bien en novembre dernier, quand il y a eu le défi #OnEstPrêt lancés par plusieurs YouTubeurs, un défi invitant le plus grand nombre à agir pour le climat, en proposant un geste par jour.
Depuis le temps que je pensais faire un point sur les différentes actions que j’ai mentionnées sur ce blog, et qui n’ont pas toutes perdurées, ou qui ont évoluées avec le temps, sans savoir par où commencer… C’était l’occasion! Sauf que comme d’habitude je fais mais j’oublie de rapporter après… Enfin je procrastine pour caser un mot de vocabulaire…

En vert: mes prises de conscience
1. Pour les mails j’avais beau le savoir je faisais pas de zèle. J’en ai tellement effacé que l’ordi a failli craquer… Mais il m’en reste, et m’en arrive tous les jours, même des newsletters auxquelles je me suis désabonnée d’ailleurs! Pour le moteur de recherche, suite a des fois où Veosearch ne marchait pas, j’avais repris la mauvaise habitude de me servir de Google. Ecosia fonctionnant très bien, je suis contente de m’y être mise.
5. Encore une histoire d’habitude, liée à un bouton ON/OFF qui faisait tellement des siennes qu’il était interdit d’y toucher… et donc d’éteindre l’ordi… Sauf que mon homme l’a réparé voilà plusieurs mois et que je n’y pensais tout simplement plus. Il m’arrive encore d’oublier mais tous les soirs après coucher les gamins je passe par l’ordi pour lui dire bonne nuit également.
18. J’utilisais pas mal les raccourcis à une époque mais mon homme ayant tendance à formater et mettre à jour tous les 4 matins j’en avais eu assez de recommencer à chaque fois. Du coup j’ai ciblé les sites que j’utilise vraiment souvent et oublié les autres.
21. C’est pas que je n’avais jamais ramassé de déchets dans la rue, mais l’état d’esprit était « oh, les gens sont vraiment des porcs! ». Or même s’il y en a, ce n’est pas l’histoire de tous les déchets que l’on peut trouver dans le rue: un papier qui s’envole un jour de grand vent, un mouchoir qui tombe de la poche sans qu’on y prenne garde, … Se dire que c’est un devoir de citoyen que de ramasser les déchets qui nous dérangent, sans juger mais juste parce qu’on en subit les conséquences et qu’on veut agir pour y remédier, c’est un point de vue qui m’a encouragé à le faire plus souvent.

en rouge: les obstacles
7. Depuis que l’on est en appartement, le lombricomposteur est devenu dans l’ordre: irrégulièrement rempli (aller-retours 3e étage/sous-sol), compliqué à vider (pas de jardin ni de pots de fleurs), et pour finir vide. Maintenant on n’a carrément plus la place donc c’est avec regret que nous lui avons dit au revoir. Et la différence se fait sentir au niveau du volume de la poubelle des ordures ménagères, les épluchures ça prend de la place!

Épilogue: pour dépasser l’action individuelle, plusieurs associations ont décidé d’attaquer l’État français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits. Une pétition existe pour les soutenir: c’est l’affaire du siècle.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/