Jupes du monde

1 décembre 2017 Agnès Penderie

Lancée depuis quelques temps dans le défi de réduire ma garde-robe associé à l’envie d’en fabriquer moi-même un maximum d’éléments, je suis assez fière d’avoir terminé la partie « jupes »: 1 pour l’hiver, 1 pour la mi-saison, 1 pour l’été.
Voici leurs histoires…

  • Ma jupe mexicaine

Lors d’un voyage au Mexique, dans la région du Chiapas, j’ai remarqué que les femmes portaient des jupes très basiques: un morceau de lainage noir de grande circonférence, dont l’excès est tiré vers le devant avant d’être aplati de part et d’autre de cette grande « pince », et maintenu par un ruban-ceinture dans les tons rouge.
Je m’en suis inspirée pour coudre ce qu’en Thaïlande on appelle un « tube sarong », dont on trouve plusieurs tutoriels sur internet, comme celui-ci (bon l’intitulé mentionne le Japon, disons Asie du Sud-Est pour mettre tout le monde d’accord alors…).

Je n’ai pas mis de boutons pressions (je ne sais pas faire…) et n’ai cousu la ceinture que sur 15cm, centrée sur le devant, pour pouvoir l’attacher de toutes les façons possibles. Je m’équipe de quelques mini épingles à nourrice pour maintenir la ou les « pinces » et la ceinture à 1 ou 2 endroits si besoin.

  • Ma jupe maasaï

Alors pour celle là je ne suis pas allée bien loin: j’ai regardé l’émission Rendez-vous en terre inconnue cet été, et la destination était chez les Maasaï (ethnie du Kenya/Tanzanie). Je trouve leur tissus superbes, et encore une fois c’est la simplicité de la façon de les attacher qui m’a plu: un rectangle de tissu passe sous un bras et est noué sur l’épaule opposée, et on recommence avec un autre morceau de tissu de l’autre côté. Bonne idée pour une robe ou une jupe!

J’ai donc découpé 2 rectangles de 90x90cm dans un ancien plaid de canapé dont je ne me sers plus. J’ai essayé, ajouté des pinces, cousu les ourlets, et posé un biais en guise de ceinture.

On peut faire les noeuds sur les côtés mais aussi devant et derrière pour un style un peu différent.

  • Ma jupe-pareo (faute d’appellation plus exotique)

J’ai longtemps eu une jupe portefeuille à pointes, en coton très léger, verte avec des motifs « ethniques » du type de celles que l’on trouve dans les magasins « Salsa » (en tout cas à Bordeaux, dans les années 2000…). Mais malgré un rafistolage, elle a fini par lâcher. À l’époque je n’envisageais pas encore d’en coudre une en « décalquant » le patron et l’ai jetée, ce qui m’a donné beaucoup de mal pour retrouver la coupe désirée.
C’est en cherchant sur Pinterest que j’ai trouvé ce qui s’en rapproche le plus: un patron de robe asymétrique, dont j’ai coupé le haut pour en faire une jupe. Par chance les dimensions correspondaient déjà à mon tour de taille x 1,5 (112cm), càd pile ce qu’il faut pour faire une jupe portefeuille!

Je n’ai donc assemblé que d’un côté, rajouté des pinces après essayage, cousu les ourlets, posé un biais en guise de ceinture, et ajouté une boutonnière pour laisser passer cette dernière.

Et voilà le travail!

 

couturevêtements


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/