À mon idée

24 mars 2017 Agnès Salle de bains

Rien de tel qu’un déménagement pour délaisser son blog revoir son organisation!
C’est pièce par pièce que je m’efforce de suivre, dans les grandes lignes, les conseils de Béa Johnson en matière de réduction des déchets, et surtout celui de Mathieu Ricard « Il n’y a pas de grande tâche difficile qui ne puisse être décomposée en petites tâches faciles. »
Non pas que la démarche soit nouvelle pour moi, loin de là, mais on peut toujours mieux faire…

Si je fais le point pour la salle de bains:

  1. Refuser
    – Les échantillons c’est pas bête, c’est vrai que ça représente beaucoup d’emballage pour rien, qu’on a tendance à les entasser pour le jour où ce sera bien pratique en voyage, et puis non, on s’arrange autrement et ils périment. De plus c’est là un symbole fort du marketing et de la consommation de masse, donc plus jamais!
    – Les cadeaux, c’est délicat, je ne suis pas pour vexer quelqu’un au nom de la réduction des déchets, ce n’est quand même pas la cause du 7e continent.
  2. Réduire
    – Certains gestes m’étaient déjà familiers, comme l’utilisation de lingettes démaquillantes, mouchoirs, et serviettes hygiéniques/coupe menstruelle lavables.
    – D’autres se sont imposés comme une évidence: 1 distributeur de gel lavant neutre à la place d’un (voir plusieurs) gel(s) douche(s) et d’un (voir plusieurs) shampooing(s).
    – Le plus dur reste de rallier toute la maisonnée à la cause, car personne n’aime le même dentifrice, et je me refuse obstinément à faire le tri des affaires des autres, prissent-elles la poussière depuis des lustres! (J’aimerai bien savoir pourquoi on a 3 pots de gel pour les cheveux sachant qu’il n’y a que Jojo qui en met, et occasionnellement encore?!…)
  3. Réutiliser
    – J’essaie depuis longtemps de laver et réutiliser mes flacons aussi longtemps que les règles élémentaires d’hygiène me le permettent pour les produits cosmétiques que je fais.
    – Je me suis mise au khôl, c’est super (une fois qu’on a pris le coup de main pour l’appliquer): flacon durable et beau, pour un produit de beauté c’est un plus!
    – Pour ce qui est d’acheter en vrac, encore faut-il trouver un point de vente, car si ce mode de consommation est en plein essor pour les denrées alimentaires, il n’est pas encore développé par chez nous pour les produits d’hygiène et de beauté.
  4. Recycler
    Ça c’est fait depuis longtemps.
  5. Composter
    Alors là je vais faire baisser mon score, le compostage est en pause depuis un certain temps chez nous: cela représente une organisation difficile à intégrer à notre quotidien depuis que nous n’avons plus de jardin… mais on y reviendra, c’est promis!
    Et pour ce qui est de la salle de bains, les conséquences sont minimes: j’ai toujours trouvé agréable de me couper les ongles sur le balcon, et j’ai coupé mes cheveux, ce qui mine de rien en fait un sacré paquet en moins (par terre, dans l’évacuation de la douche, et) dans la poubelle!

ArmoireToilette

J’en profite pour entamer la rédaction d’un index, car mon blog est un joli fouillis de réflexions aussi diverses que variées, et il n’est pas aisé d’y trouver ce que l’on souhaite.
La 1ère page résume donc les principaux produits cosmétiques que l’on peut facilement faire soi-même.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

déchets


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/