En progrès

26 juin 2011 Agnès Salle de bains

En guise d’introduction, je laisserai parler Java:

C’était un jour de beau temps, Dieu était de bonne humeur,
Il avait créé la femme nue, quelle grossière erreur,
Voyant ce fruit fragile, à la merci des chacals,
Il eut une idée lumineuse: le poil!

Au départ sur terre c’était Byzance
Tout l’monde m’a brossé dans mon sens
L’argent rentrait dans la touffe
J’ai donc quoté mes poils en bourses
Puis j’ai connu Marie-Chantal
Elle avait la bouche en cul d’poil
On s’est quitté, à un poil de l’épouser
Le jour où elle a voulu m’décolorer

Toutes ces bourgeoises qui s’épilent
Ça m’rase, ça m’barbe, ça m’horripile
Je suis l’ennemi public
Celui qu’on torture au rasoir bic
Toutes ces bourgeoises qui s’épilent
Ça m’rase, ça m’barbe, ça m’horripile
Dans un monde aseptisé
J’suis poilitiquement incorrect

Un jour j’suis passé d’mode, quel supplice
J’ai eu des démêlés d’justice
J’rasais les murs, j’étais clandestin
Traqué dans les moindres recoins
J’voulais pas finir comme fourniture
Pour perruque ou brosse à chaussure
Par charter j’ai fui l’capitalisme
En Afrique où j’ai eu l’poiludisme

Toutes ces bourgeoises qui s’épilent
Ça m’rase, ça m’barbe, ça m’horripile
Je suis l’ennemi public
Celui qu’on torture au rasoir bic
Toutes ces bourgeoises qui s’épilent
Ça m’rase, ça m’barbe, ça m’horripile
Dans un monde aseptisé
J’suis poilitiquement incorrect

Bien trop malade j’ai du partir
On aurait dit un poil à frire
Mais j’ai trouvé mon bonheur, c’est l’principoil
Dans une communauté au Népal
J’ai fondé mon paradis fiscal
Sur une baba cool en sandales
Mais avis à tous les crânes d’œuf
Je serai d’retour en 2069!
Poil aux dents

Pas faux mais disons que je suis une fashion victime… Quelle technique choisir pour supprimer ces vestiges de nos ancêtres les primates tout en minimisant l’impact sur l’environnement?

  • Si la pince à épiler est l’objet le plus écologique dans ce domaine, il est clairement peu adapté aux grandes surfaces.
  • Ensuite, qui de l’appareil électrique ou de la cire orientale obtient le plus faible indice carbone, je ne sais pas?
    Parce que le caramel à épiler a beau être constitué de matières premières naturelles renouvelables, il n’en reste pas moins qu’elles ont voyagé (beaucoup moins si le sucre est issu de betteraves…), qu’on utilise de l’énergie pour la fabriquer (encore plus si on l’achète toute faite: emballage et transports supplémentaires) et qu’on la jete après utilisation.
    L’épilateur électrique, lui, nécessite des matériaux pas toujours recyclables, est parfois fait en Chine (le mien est Made in Austria, ça nous change!), consomme de l’énergie en fonctionnement, mais dure très longtemps.
    Bref, disons ex-aequo.
  • Loin derrière arrivent les rasoirs, qui entièrement ou en partie jetables obtiennent la moins bonne note… Précisons cependant que BIC® propose depuis le mois d’avril de recycler ses rasoirs, en commandant une enveloppe (pour 10 rasoirs) sur bicrecycle.com, afin de pouvoir les envoyer gratuitement vers une usine de recyclage en pièce de lave-linge. Toujours dans la même marque, on trouve des rasoirs en « bioplastique », matière renouvelable d’origine végétale.
    Greenwashing ou réel engagement environnemental? Je n’ai pas mené d’enquête mais j’avoue en utiliser quand je n’ai pas le temps…

Mais tel n’était pas le cas ce week-end, et ce qui m’a motivé à écrire cet article, auquel je pensais depuis longtemps, c’est que j’ai enfin réussi à fabriquer de la CIRE AU SUCRE!

J’ai déjà testé plusieurs recettes, toutes à base de sucre, eau, jus de citron, et miel, mais j’obtenais une masse bien compacte impossible à manipuler. Et c’est en furetant sur internet que j’ai trouvé la solution: les proportions ne sont pas très importantes, il faudra plus de temps pour évaporer toute l’eau s’il y en a plus ou inversement, non, le truc à savoir, c’est le test de la goutte de pâte sur une assiette froide: elle doit se solidifier sans couler!
Donc me revoilà à tenter de faire du caramel: dans une casserole, recouvrir une tasse de sucre en poudre avec de l’eau, ajouter une cuillère de miel et le jus d’un demi citron, puis mélanger jusqu’à dissolution complète; porter à ébullition, laisser dorer, et tester régulièrement la consistance de la pâte.

Pas peu fière de moi, j’ai ensuite essayé de m’en servir comme je l’avais vu faire à Bordeaux, quand j’allais chez une esthéticienne qui maîtrisait cette technique (Parfum d’Orient, 22 rue Judaïque): ça n’avait pas l’air compliqué mais en fait si! Il faut faire une boule souple et collante avec la pâte à l’aide de ses mains mouillées, et l’étaler en appuyant avec insistance de haut en bas, puis remonter d’un coup sec censé tout arracher… Bon bah une fois la moitié de ma jambe recouverte de cire sans pouvoir l’enlever je suis passée au plan B: à une période où j’avais abandonné tout espoir de réussir à la faire moi même, j’achetais de la cire en tube (Epil’Orient®), et il y avait avec des bandes en tissu, et comme je garde tout, elles traînaient encore dans mon placard. Je les ai donc utilisées, en fait juste 2, une pour chaque jambe: je pose la bande sur la cire, je la lisse bien en appuyant fort de haut en bas, et je l’enlève en sens inverse. Et là, non seulement ça marche très bien  mais on peut se resservir de la bande tel quelle un nombre incalculable de fois. Donc après les tâtonnements du début la besogne est allée bien vite!

Jusqueboutisme, quand tu nous tiens: les bandes se rincent à l’eau pour resservir la fois suivante…

cosmétique maisonsoins du corps

One response to “En progrès”

  • Agnès dit :

    Pour les rasoirs BIC, c’est clair c’était du greenwashing… Le site bicrecycle.com ne fonctionne plus et je n’ai jamais trouvé de rasoirs en bioplastique!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/