La crème des grands froids

22 décembre 2010 Agnès Salle de bains

Bon, c’est pas qu’il ait fait des températures extrêmes mais le moins qu’on puisse dire c’est que l’air a été vivifiant ces derniers temps. Le genre de climat qui dessèche la peau (oui, je sais, les douches bien chaudes ça n’arrange rien mais j’ai beaucoup de mal à arrêter…). Quand j’ai la peau qui tire et qui me démange comme ça, je sors les grands moyens: le cold cream.

C’est une formule assez proche du cérat de Galien, une texture riche mais avec un toucher un peu moins filmogène:

– palmitate de cétyle (blanc de baleine synthétique): 16g
– cire d’abeille: 8g
– huile d’amande: 55g
– teinture de benjoin: 4g
– borax (borate de sodium): 0,5g
– eau de rose: 16,5g

Dans une capsule, faites fondre le palmitate de cétyle et la cire d’abeille blanche dans l’huile d’amande au bain marie à 40°C. Versez dans un mortier préalablement chauffé à la température appropriée puis agitez avec un pilon préalablement chauffé à la même température. Dissolvez le borax dans l’eau aromatisée de rose, ajoutez la teinture de benjoin, mélangez et filtrez. Incorporez cette dernière solution par petites fractions au mélange huileux précédent en agitant énergiquement jusqu’à obtention d’une masse homogène. Conditionnez en tube ou en pot.

Recette que je transforme comme suit:

– beurre de karité ou autre beurre végétal: 1 grosse cs
– cire d’abeille: 1 petite cs
– huile d’amande douce ou autre huile végétale: 4 cs (60 ml)
– teinture de benjoin: 1 petite cc
– eau distillée de rose ou autre eau florale ou infusion: 1 cs (15 ml).

En effet le palmitate de cétyle est un épaississant, fonction que l’on peut tout à fait confier au beurre de karité.
Le benjoin, en plus de parfumer la préparation d’une agréable odeur vanillée, permet de la conserver puisqu’il contient de l’acide benzoïque, antimicrobien naturel. Attention cependant aux personnes allergiques au benzoate de benzyle car il en contient également.
Le borax, conservateur antimicrobien mais agent chimique nocif, n’est donc pas strictement nécessaire. Bien sûr matériel et pot doivent être désinfectés avant toute manipulation.
Pour les autres composants, voir le descriptif détaillé que j’en ai fait dans cet article.


cosmétique maisonsoins du corpssoins du visage

5 Responses to “La crème des grands froids”

  • grenouille dit :

    Je suis impressionnée ! Moi qui n’ai pas du tout la fibre « potions magiques »…!
    Une question pour l’extrait de pamplemousse : n’est-ce pas une de ces HE qu’il faut éviter avec le soleil ? Est-ce remplaçable par autre chose ?

  • Agnès dit :

    L’EPP n’est pas une HE:
    – L’extrait de pépins de pamplemousse est obtenu à partir de pépins (et desfois de pulpe), par concentration, et dissout dans de la glycérine. Il est utilisé comme conservateur antimicrobien et n’est pas photosensibilisant.
    – L’huile essentielle de pamplemousse est fabriquée par expression à froid des zestes du fruit; c’est un liquide huileux. Elle n’est pas utilisée comme conservateur. Comme toutes les HE d’agrumes, elle peut entraîner une réaction cutanée si appliquée avant exposition au soleil.

    On peut utiliser d’autres conservateurs que l’EPP, notamment le Naticide/Plantaserv Q, également d’origine naturelle.

  • Agnès dit :

    article mis à jour le 25/09/12

  • nono dit :

    le borax ne sert pas de conservateur dans une cold cream…..

  • Agnès dit :

    source le Formulaire National:
    http://www.ecolowoman.fr/wp-content/uploads/2012/11/ColdCreamFN.pdf
    Il sert également à stabiliser l’émulsion.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/