Présent du Pacifique

14 novembre 2010 Agnès Armoire à pharmacieBibliothèqueSalle de bains

Pendant qu’on faisait la bringue à Bordeaux, mes parents sont allés rendre visite à mon frère, « expatrié » en Nouvelle-Calédonie.
Ils nous ont ramené un souvenir local, l’huile essentielle de niaouli.

Scientifiquement dénommée huile essentielle de feuilles de Melaleuca quinquenervia (ou Melaleuca viridiflora), et commercialement connue sous l’appellation Goménol®, cette huile essentielle contient majoritairement du cinéole (oxyde monoterpénique présent aussi dans l’huile essentielle d’eucalyptus), antiviral et décongestionnant des voies respiratoires (rhinopharyngites, sinusites, bronchites, …). Ses autres composants sont des monoterpènes, aux propriétés veinotoniques, et le viridiflorol, un sesquiterpénol utile à la cicatrisation des petites plaies. Quelques sesquiterpènes expliquent son action de soulagement des brûlures et démangeaisons, ainsi que calmante des douleurs articulaires et musculaires.

Elle s’emploie en inhalation (1 ml dans un bol d’eau bouillante), en application locale, pure (après avoir vérifié l’absence de réaction après test de tolérance cutané dans le pli du coude 48h avant) ou diluée dans une huile, dans l’eau du bain (quelques gouttes émulsionnées avec 1cs de savon ou de lait d’amande), ou intégrée dans des préparations cosmétiques (lotion après-rasage, soin des peaux à tendance acnéique, …).
On peut également déposer quelques gouttes dans un diffuseur d’arômes: la maison sentira bon l’eucalytus…

La notice indique que son usage est parfaitement toléré et adapté à un usage personnel ou familial, ceci sans contre-indications, ni effets secondaires. Pour ma part, je dirais attention chez les enfants (et par précaution les femmes enceintes), car cette huile essentielle contient des terpènes, qui peuvent provoquer des convulsions.

Bien sûr c’est un produit qui vient de loin donc qu’on peut tout à fait remplacer par de l’huile essentielle de pin (Pinus sylvestris) ou d’eucalyptus (Eucalyptus globulus).

Pour terminer cet article, voici un petit exemple d’incorporation dans une eau tonique qui calmera le feu du rasoir de Monsieur, librement adapté d’une formule de 50 recettes qui font du bien, édité par France Loisirs:
Versez 200 ml d’infusion de rameaux de cyprès dans un flacon (propre et stérilisé!), ajoutez 1 cs d’eau florale d’hamamélis et 1 cs de vinaigre de cidre. Mélangez, puis ajoutez 3 gttes d’absolue de benjoin, 3 gttes d’huile essentielle de niaouli, 3 gttes d’huile essentielle de citron, et 1 ml d’extrait de pépins de pamplemousse. Secouez vigoureusement pour bien mélanger. Secouez à nouveau avant chaque usage.
Je ne l’ai pas réalisée car je pense que mon homme n’est pas prêt psychologiquement (il est déjà passé aux cosmétiques labellisés Cosmebio en quasi totalité, faut pas trop en demander…), mais si quelqu’un a une expérience à partager sur les après-rasage, ça m’intéresse…

antiviralcosmétique maisonfluidifiant bronchiqueremède naturelsoins pour hommes

2 Responses to “Présent du Pacifique”


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/