1 an

24 novembre 2010 Agnès Cuisine

Oui oui, je suis toujours là, juste débordée par: le 1er anniversaire du loustic, son inscription en halte-garderie avec période d’adaptation, les premières démarches pour la création de mon entreprise, l’organisation de la fin d’année, …

Bon, je vais pas avoir le temps de parler de tout ce qui m’a inspirée récemment alors je vais en garder pour plus tard:
– j’aurai l’occasion de reparler des jouets pour enfants au moment de Noël,
– le gâteau au chocolat que mon fils a adoré mérite d’être révisé avant publication car à l’unanimité il était un peu étouffant…
Il nous reste donc:
– les lasagnes au potiron que j’ai oubliées de prendre en photo mais ça n’empêche pas de partager la recette,
– une précision concernant le café.

LES LASAGNES AU POTIRON tout d’abord: sans beurre, sans huile de palme, et sans lait de vache

… Mais pas sans oeufs car rupture de stock à l’épicerie bio oblige, j’ai acheté des Barilla®, donc pâtes à base de farine blanche et d’oeufs. Bah, c’est moins diététique mais c’est pas mauvais.
En plus de ces feuilles de pâte rectangulaires, il faut environ 1 kg de potiron (j’ai dû séparer mon idée de départ en 2 plats différents, avec en guise de sauce pour le 2e une boîte de tomates pelées concassées et 2 tranches de seitan mixées au dernier moment, car je n’en avais prévu que 500g…), et 1L de béchamel.

J’ai pelé, égrainé, et découpé la tranche de potiron en cubes, que j’ai faits cuire à la vapeur environ 30 min avant de les écraser à la fourchette.
Pour la béchamel, j’ai remplacé le beurre par de l’huile d’olive, et le lait de vache par du lait d’amande, ce qui revient à délayer 4 cs bombées de farine et 4 cs de purée d’amandes blanches dans 1L d’eau, rajouter 4 cs d’huile d’olive, et laisser épaissir sur feu doux en remuant régulièrement. Un peu de sel, de la noix de muscade, et la sauce blanche est prête.

Il n’y a plus qu’à monter le plat (huilé et fariné): une couche de lasagnes sèches, une couche de potiron, une couche de béchamel, …, en terminant par une couche de lasagnes suivie d’une couche de béchamel saupoudrée soit de parmesan (c’est ce que j’ai fait), soit de chapelure, soit de graines de sésame, en fonction des goûts (ou du contenu des placards). Il faut compter une vingtaine de minutes de cuisson au four.

FAIRE DU BON CAFÉ AVEC UN MINIMUM DE DÉCHETS ensuite

J’aime le café fraîchement moulu, alors j’utilise un moulin à café à l’ancienne (bon, j’ai un moulin électrique si besoin d’aller plus vite ou de faire moins de bruit) pour moudre les grains: plus écologique et plus d’arôme dans les naseaux…
Ensuite je me sers d’une cafetière à piston (imitation Bodum® avant, une vraie depuis peu: c’est pas si cher et le matériel de meilleure qualité), qui ne nécessite que du café moulu (grossièrement sinon y’a à boire et à manger après…), de l’eau chaude (non bouillante), et 4 min d’infusion.
Le filtre, métallique, se rince après emploi: pas de papier à jeter, pas de consommation d’électricité, bref, pas de gaspillage!

automneplatrecettevaisselle

2 Responses to “1 an”

  • Ju dit :

    Je préfère tout de même la cafetière à moka à la bodu … mais c’est pour un café plus fort.

  • grenouille dit :

    Ah oui, moi aussi, je suis pour la bonne vieille cafetière italienne ! Le seul truc, c’est que la « traditionnelle de traditionnelle » est en fonte d’aluminium… Et ça, l’aluminium dans le café, pas top ! Donc il faut bien veiller à en acheter une en inox, et là tout baigne (pas toujours facile à trouver, mais une marque en fait de très abordables).


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/