Variations sur le thème des effluves

30 juin 2010 Agnès Salle de bains

Les vacances approchent à grands pas… Pour alléger la trousse de toilette, les récipients en plastique sont mes amis (ce qui est loin d’être le cas d’ordinaire). Pour le déodorant, j’en ai profité pour tester deux autres formulations: le roll-on et le stick.

En fait ça fait déjà un bail que j’utilise un DÉO À BILLE de ma composition, en alternance avec le déodorant en spray, en fonction de l’humeur… Mais aucune recette que j’ai préparée n’était publiable: dosages à la louche, mélanges de fonds de flacons de différentes préparations, pas franchement rigoureux tout ça (ni reproductible de toute façon, et c’est bien dommage car le dernier essai sentait divinement bon!)…
Cette fois c’est la bonne, je note donc les quantités des différents ingrédients prévus, censées se rapprocher de ma précédente mixture si réussie:

– 1 cc rase d’amidon,
– 45 ml d’eau d’Hamamélis,
– 1 cc de glycérine,
– 40 gouttes d’huiles essentielles (cyprès, citron, pin),
– 10 gouttes d’extrait de pépin de pamplemousse*.

Je me dirige vers le placard de ma salle de bain, et là, c’est le drame: où avais-je la tête quand j’ai rangé la bouteille d’eau d’Hamamélis? Elle est vide (et inutile de blâmer mon homme, c’est pas lui qui s’en sert ;))… Du coup au revoir les senteurs d’agrumes et conifères, ça ne va pas aller avec ce que j’ai en stock. Changement de programme donc, je vais utiliser les produits que j’avais achetés pour confectionner un parfum à la place: eau florale de jasmin et absolue de benjoin. C’est pas très eco-friendly (origines respectives: Inde et Laos) mais bon c’était censé servir pour un produit de luxe.

Le mode opératoire reste le même: je délaye l’amidon dans l’eau florale et la glycérine et chauffe doucement en remuant continuellement jusqu’à ce que le mélange épaississe. J’attends que le gel refroidisse avant d’ajouter huile essentielle (25 gouttes d’orange amère –Citrus aurantium amara, zeste), absolue (5 gouttes), et extrait de pépin de pamplemousse.

Sans alcool ni aluminium, ce déo était basé sur l’efficacité de l’eau d’Hamamélis et de l’huile essentielle de Cyprès, astringentes. Je me retrouve avec comme seul principe actif l’huile essentielle d’orange amère, bactériostatique, et un parfum fleuri très agréable (essentiellement le jasmin, un peu la fleur d’oranger, quasiment pas l’odeur vanillée du benjoin, j’aurai dû en mettre plus!) mais qui ne tient pas très longtemps…

Le DÉODORANT EN BÂTON, c’est un défi que m’a lancé mon homme: pas convaincu par les déo BIO du commerce, il n’a rien contre mes petites préparations maison, mais il ne veut pas sentir la fille… Soit, j’ai beaucoup réfléchi au choix des huiles essentielles et voici les ingrédients que j’ai retenus:

Pour la consistance (c’est un peu comme pour faire un stick à lèvres… euh c’est vrai, je n’ai pas eu le temps d’en parler… dans un prochain article!):
– 50 ml d’huile d’amande douce,
– 25g de beurre de karité,
– 25g de cire d’abeille.
Pour leurs propriétés déodorantes, les huiles essentielles suivantes:
– 3 gouttes de sauge sclarée (Salvia sclarea)**,
– 20 gouttes de cyprès (Cupressus sempervirens),
– 35 gouttes d’orange amère (Citrus aurantium amara),
– 35 gouttes de citron (Citrus limonum),
– 3 gouttes de lavande (Lavandula angustifolia),
– 3 gouttes de géranium (Pelargonium graveolens),
– 3 gouttes de menthe poivrée (Mentha piperita)**,
– 20 gouttes d’eucalyptus (Eucalyptus globulus).

En bleu: les odeurs (que je trouve être) masculines,
en rose: les odeurs féminines,
en violet: les mixtes.

J’ai fais liquéfier cire et beurre dans l’huile au bain-marie, puis laissé refroidir un peu le mélange sans cesser de remuer. J’ai ensuite ajouté les huiles essentielles… puis remis un tout petit peu au bain-marie pour cause de solidification prématurée… avant de couler la mixture dans un moule à déodorant, et de placer le tout au frigo pendant 24h pour que ça durcisse.

Je l’ai essayé et le trouve très efficace. Quant au parfum, laissons la parole à mon homme: « Bah, ça sent pas trop l’mec quand même… ».
En effet, j’ai dosé les huiles essentielles en fonction de leur efficacité, de leur puissance, et de leur odeur, mais le résultat final mérite d’être amélioré:
– j’avais peur de mettre trop de sauge sclarée, pourtant pas toxique comme la sauge officinale, mais dans mon souvenir l’odeur était plus puissante,
– par contre j’ai pensé que l’orange amère s’évaporerait vite et il n’en est rien.
Conclusion: 20 gouttes de sauge sclarée et 20 gouttes d’orange amère (et le reste tout pareil) sera le prochain dosage à tester.

* Il faut de plus nettoyer matériel de fabrication et conditionnement à l’alcool pour éviter toute contamination microbienne.

** huiles essentielles déconseillées chez la femme enceinte.

cosmétique maisonsoins d'hygiène

7 Responses to “Variations sur le thème des effluves”

  • Mlle Pigut dit :

    Supers recettes!
    Je suis à la pierre d’alun mais pourquoi pas tester ta petite potion!
    Tiens nous au courant de l’avis de ton homme face au prochain dosage.

  • Pop dit :

    j’aurais voulu confectionner ce deo pr mon homme,faut il mettre ttes les huiles essentielles citees ci dessus ou simplement celles en bleu?du coup ds ta recette pour homme tu n’utilises pas d’eau d’Hamamélis,si j’ai bien compris?
    je te remercie!

  • Agnès dit :

    Alors en fait l’eau d’hamamélis c’était pour le déo gel. Pour le stick je pars sur une base grasse et rajoute jusqu’à 5% d’huiles essentielles. Et pour un rendu olfactif optimal je me suis aperçu que 2 ou 3 huiles essentielles différentes c’est déjà pas mal. Après ça reste subjectif. Moi j’aime les mélanges suivant: agrumes-romarin, boisé-menthe, fleuri-sauge.

    • Pop dit :

      ok je te remercie,je vais tester et te dirai ca!
      ton blog est une mine d’or pour moi qui ,depuis qq mois,maintenant,commence a m’interesser a tt ce qui est naturel et a delaisser le coté consommation a outrance sans reflection et passe maintenant a la consom’action!
      merci!

  • Pop dit :

    bonjour,
    au moment d’acheter mon h.e de romarin je me rends compte qu’il y en a plusieurs(a cineole,a camphre, a verbenone)laquelle dois je utiliser?
    je te remercie

  • Agnès dit :

    En fait là on veut l’odeur du romarin et les propriétés anti-infectieuses de l’huile essentielle donc soit verbénone soit cinéole.
    Bonne prep!

  • Agnès dit :

    article mis à jour le 11/06/15


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/