Des nouveaux animaux de compagnie à la maison!

6 juin 2010 Agnès CuisineJardin

Bon, cela fait plus d’un an maintenant que j’ai commencé à composter nos déchets organiques, et je crois qu’il faut savoir s’avouer vaincu…
J’ai beau recouvrir le tas avec des déchets de jardin, il n’est visuellement pas très esthétique, et le dessous n’a pas du tout l’aspect de terreau comme il le devrait maintenant!
C’est sûr que les aléas climatiques n’assurent pas une humidité optimale et que je ne l’aère pas assez régulièrement: la méthode choisie n’est donc peut être pas la plus adaptée pour notre foyer.

Après mûre réflexion (déclenchée par la plainte des voisins -ceux-là qui balancent du Roundup® sur notre gazon…) et consultation de plusieurs sites internet, notamment Lombric-à-brac, on s’est décidé à investir dans un lombricomposteur.
En effet, ce système est très simple d’utilisation: pas besoin de remuer, récipient étanche avec bac de récupération du « jus » donc humidité autorégulée, et le rapport déchets riches en carbone/déchets riches en azote importe peu. De plus le processus est plus rapide et sans odeur.

Comment ça marche?
Ce sont les vers qui font tout le travail: ils mangent les résidus de cuisine qu’on leur donne et leurs déjections, très riches en nutriments et minéraux, constituent le lombricompost.
Le processus commence avec un plateau, puis quand il est complètement rempli on ajoute un nouveau plateau dessus. Les vers étant attirés par la nourriture ils y migrent. En fonction du volume de déchets produits on peut tourner avec 2, 3, ou 4 plateaux. Lorsque le plateau du dessous est vide de vers (au bout d’environ 6 mois), il est temps de le retirer et récolter le compost qu’il contient.

J’ai donc commandé un Can-O-Worms® sur une jardinerie en ligne (je me serais bien déplacée, d’autant plus que l’entreprise n’est pas loin de chez mes parents, mais il ne vendent que par internet; j’ai rien contre mais je ne fais pas confiance à La Poste et l’état du colis m’a une fois de plus donné raison…).
Bref, on l’a reçu le week-end dernier donc ce n’est que le démarrage mais pour l’instant je peux dire que l’assemblage n’est pas compliqué. Les seuls changements sont qu’on ne met pas les noyaux de fruits (les vers n’ont pas de dents), par contre on peut leur donner des coquilles d’oeufs écrasées à manger.
Autre avantage de cette technique: le liquide récolté par le robinet du bac de récupération peut être utilisé (dilué au 10ème) comme engrais pour les plantes d’intérieur. Moi qui ai du mal à les entretenir, je vais peut être en sauver quelques unes…

déchetsengrais


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/