Parlons lipides: la chasse à l’huile de palme

1 avril 2010 Agnès Cuisine

Comme l’année dernière, le 1er avril inaugure la semaine du développement durable, triste poisson d’avril quand on suit l’actualité: qui croit encore que le gouvernement fait des efforts pour préserver la planète pour les générations futures? Mieux vaut croire en les capacités de chacun à changer ses comportements…
C’est pourquoi j’ai décidé de prendre une bonne résolution: arrêter l’huile de palme.

source: Biocontact de septembre 2009

Qu’est ce que je (enfin je suis loin d’être la seule…) lui reproche?
L’idée de départ m’est venue suite à la disparition de la margarine Vitaquell® des rayons de mon épicerie bio habituelle: la seule qui n’était pas présentée en emballage plastique. Faisant de la chasse aux emballages un combat quotidien (et n’aimant pas le beurre -pour rappel), et étant sensible aux polémiques nutritionnelles (riche en acides gras saturés) et écologique (déforestation de l’Asie du sud-est et disparition des animaux y vivant, notamment les orangs-outangs, perte de terres agricoles pour les paysans, acheminement générateur de gaz à effets de serre, …) que soulève cette huile (même si bio c’est moins pire), je me suis dit: et si je m’en passais?

C’est un sacré défi car si les 1ers réflexes sont aisés:

  • cuissons à l’huile d’olive
    → je fais déjà (petite anecdote: je me suis rendue compte il y a peu que même les marques bio et françaises ne garantissaient pas une origine exclusivement française des olives… mais c’est encore une autre histoire…);
  • tartines et pâtisseries

purée d’oléagineux (amandes, noisettes, sésame, … enfin il faut essayer de choisir une origine pas trop lointaine si on veut être cohérent jusqu’au bout): remplacement total dans les biscuits et pâtes à tarte, en mélange 50/50 avec du lait végétal dans les pâtes à gâteaux fluides, accompagnée de miel ou confiture sur le pain du matin;
→ beurre pour mon homme qui n’a rien contre.

Ça se corse quand on met le nez dans la composition des biscuits, biscottes et autres petits pains grillés, et tout ce qui facilite la vie car prêt à consommer: granolas, galettes végétariennes, pâtés végétaux, cubes de bouillon, gâteaux apéritifs, … sans parler du savon, shampooing, et compagnie!
N.B. L’huile de palme peut se cacher sous la dénomination huile de palmiste, huile/graisse végétale.

déchetsindice carbone


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/