Mauvais élèves

1 février 2010 Agnès BasesBibliothèque

Depuis que l’on est ici (Amiens pour ceux qui n’auraient pas suivi), et surtout depuis que bébé est là, notre quotidien a sacrément changé, et pas toujours dans le bon sens:

  1. En habitant plus loin du centre ville et avec des transports en commun moins bien dévéloppés qu’à Bordeaux, on fait beaucoup plus de trajets en voiture. Au début j’allais en centre ville à pieds mais quand j’ai eu le bide trop lourd, et maintenant avec le loustic que je ne souhaite pas congeler, c’est voiture tout le temps!
  2. Toujours pour des questions de bébé d’hiver, on règle le chauffage sur 19°C toute la journée.
  3. On fait plus souvent des courses d’appoint à l’épicerie du coin (qui propose toutefois quelques produits BIO, ou à défaut Label Rouge): vive les conserves et surgelés…
  4. On fait 2-3 fois plus de lessives, on utilise un sèche-linge, des couches pas toujours lavables, …
  5. Le seul bon point dans l’histoire c’est les vacances: fini les voyages à l’autre bout du monde!

Difficile d’être les premiers de la classe et en même temps pas facile d’accepter le fait qu’on pollue: m’est donc venue l’idée de calculer notre empreinte écologique, histoire de voir si c’est grave.
Cet indicateur évalue la surface totale requise pour produire les ressources que nous utilisons, pour répondre à notre consommation d’énergie, et pour fournir l’espace nécessaire à nos infrastructures. Si l’on divise l’ensemble des surfaces productives de la planète par les 6 milliards d’habitants qui la peuplent , on constate que la Terre met à notre disposition 1,9 hectare par personne, et ce, sans tenir compte de l’espace qui pourrait être strictement réservé aux autres espèces.
Je l’avais déjà estimée il y a un longtemps, grâce au livre Planète Attitude, Les gestes écologiques au quotidien, du WWF, et  elle était inférieure à 4 hectares, ce qui est inférieur à la moyenne pour un Français (5,2 hectares), mais ne m’a pas avançé… Cette fois j’ai calculé notre empreinte écologique sur le site du WWF-France, soi disant pour un calcul plus précis. En fait il est difficile de sélectionner une seule réponse par question, on se situe souvent entre 2, mais en équilibrant une réponse optimiste/une réponse pessimiste, j’obtiens 3 hectares… Ce qui n’est pas très différent d’il y a quelques années mais correspond toujours à un mode de vie conduisant à l’épuisement des ressources naturelles…

… De sérieux efforts restent à faire!

mode de vie


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/