Histoire sans fin

4 octobre 2009 Agnès Salle de bains

Toujours en m’informant sur les couches lavables, j’ai appris des choses intéressantes sur les lessives: certains détergents diminuent l’absorption des fibres des couches (ils sont à l’origine de résidus qui forment à la longue une pellicule sur le tissu, imperméabilisant la couche). Les produits en cause sont souvent les additifs tels que glycérine, assouplissants, huiles, parfums, colorants, agents de blanchiment optique, ingrédients de protection contre les tâches, enzymes, … mais aussi le savon de Marseille et les noix de lavage! Zut, c’était mes 2 options de lavage, je vais tout de même pas devoir acheter de la lessive écologique en poudre (apparemment c’est le mieux), c’est ruineux!

Déjà que je n’ai toujours pas trouvé LA marque de savon de Marseille qui me satisfait. Celui dont la composition est la plus naturelle est le savon de Marseille Marius Fabre®: Sodium Olivate, Sodium Palmate, Sodium Palm Kernelate, Aqua, Sodium Chloride. Mais aucun uniquement préparé à partir d’huile d’olive. Pourquoi est-ce si important? Parce que tous contiennent de l’huile de palme, qui en plus de traverser la planète à grands renforts d’émissions de CO2, contribue à la déforestation dans les pays producteurs (Indonésie, Malaisie). Quand encore l’ingrédient est issu de l’agriculture biologique, on se dit qu’au moins les plantations sont faites dans le respect de l’environnement (et de la vie des hommes?), mais chez Marius Fabre® ce n’est pas le cas.
Il existe bien une alternative, le savon noir, mais à environ 8€ le litre (bizarrement ça a bien augmenté depuis que ça revient à la mode…), c’est la problématique du budget lessive qui s’en retrouve irrésolu. Je me sers d’habitude du savon noir (de la marque Marius Fabre® d’ailleurs, sans vouloir leur faire de pub) pour laver par terre: 1 cs dans un seau d’eau chaude, écologique, économique, et efficace. La composition n’est pas très détaillée: « à l’huile d’olive. pur végétal. savon potassique, eau. », mais liquide et noir comme il est je ne pense pas qu’ils mettent autre chose que de l’huile d’olive et de l’huile de lin (ingrédient traditionnel). Ça m’arrive de l’utiliser en guise de lessive de temps en temps (en cas de pénurie de mes 2 premières options), et c’est très satisfaisant, mais c’est environ 70ml qu’il faut mettre dans le lave-linge, donc le flacon va descendre beaucoup plus vite. Par contre j’apprends que sa teneur en acides gras est bien inférieure à celle du savon de Marseille, ce qui est une bonne chose si on veut limiter les résidus.

SavonNoir

Je ne sais toujours pas quelle option préférer, mais il y a une bonne nouvelle: quand les couches montrent des signes de fatigue (mais aussi pour les autres tissus ternis), on peut effectuer un « décrassage » en déposant 1 cs de cristaux de soude + 1 cs de bicarbonate de sodium dans le tambour et du vinaigre blanc dans le bac assouplissant, lancé en cycle long à 60°C.

produits ménagers


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/