Chaleur

14 juillet 2009 Agnès Salle de bains

C’est pas que l’été soit caniculaire mais bon, arrive un moment où le flacon de déo est vide. Plutôt que d’en racheter (d’ordinaire, j’achète le déodorant au Citrus de Weleda®) j’ai décidé de m’en faire, la composition étant des plus simples: alcool, eau, huiles essentielles.

L’ordre d’énumération laisse penser que l’alcool est majoritaire mais comme 1) c’est irritant et 2) ça s’évapore vite, je préfère laisser la plus belle part à l’eau, et tant qu’à faire je prendrais de l’eau distillée de feuilles d’Hamamélis, réputée pour ses propriétés astringentes, à savoir qu’elle resserre les pores de la peau, ce qui limite la transpiration. L’alcool, quant à lui, tue les bactéries qui sont à l’origine des mauvaises odeurs. Côté parfum, on peut choisir les huiles essentielles de sauge*, qui régule la sécrétion de sueur, de cyprès, de géranium, ou de menthe*, astringentes.
*sauf pour une femme enceinte

Voici donc la formule retenue, pour un SPRAY de 100ml:
– eau d’Hamamélis: 3/4 du flacon,
– alcool: 1/4 du flacon,
– 15 gttes d’huile essentielle de Cupressus sempervirens
– 15 gttes d’essence de Citrus limonum.

Les huiles essentielles étant peu solubles dans mon mélange (eau>alcool), il faut agiter le flacon avant chaque utilisation.

Petite précision: les essences de Citrus sont photosensibilisantes, et l’alcool, en s’évaporant des déodorants ou parfums, peut, avec le soleil, laisser des traces sur la peau. Donc le déo c’est sous les bras, et pas ailleurs!

Par ailleurs, je ne m’en sers pas après épilation (alcool oblige). Dans ce cas, une bonne alternative réside en la PIERRE D’ALUN. Il s’agit d’un minéral se présentant sous forme d’un cristal, et ayant de nombreux avantages: astringente, elle permet non seulement de diminuer le transpiration, mais aussi de stopper les éventuels petits saignements, antibactérienne, elle réduit les odeurs résultant de la fermentation de la sueur. Son seul inconvénient est qu’elle n’a pas de parfum.
Il suffit de l’humidifier avant de l’appliquer sous les aisselles.
Comme elle contient de l’aluminium (très exactement sulfate d’aluminium et sulfate de potassium), on est en droit de se poser des questions sur son innocuité, le chlorhydrate d’aluminium s’étant rendu célèbre non pas pour ses propriétés antitranspirantes mais pour les supposés risques de cancer du sein et de maladies neurodégénératives liés à son utilisation. J’ai d’abord cru les affirmations des vendeurs de pierre d’alun qui précisent que l’aluminium de la pierre d’alun n’est pas sous la même forme que dans le chlorhydrate d’aluminium, et qu’il n’est en conséquence pas absorbé par la peau. Mais en approfondissant un peu le sujet, il se trouve que dans les deux cas, c’est de l’Al3+ que l’on se met sous les bras, donc pas de différence avec un déo contenant du chlorhydrate d’aluminium. Il s’avère qu’en fait les études faites sur la toxicité de l’aluminium révèlent que 1) le passage cutané est négligeable, l’alimentation, notamment l’eau de boisson, étant une source bien plus importante d’aluminium 2) l’aluminium est neurotoxique 3) il n’y a pas de preuve formelle de lien de cause à effet entre l’usage de déodorant à l’aluminium et le cancer du sein.

cosmétique maisonsoins d'hygiène

6 Responses to “Chaleur”

  • Suzie dit :

    Pour le cancer je reste dubitative 🙂

  • Manu dit :

    tu utilises koi comme alcool agnès ? 70° ? 90°? dénaturé ? tu le trouves où ? merci !

  • Agnès dit :

    J’ai dans mes placards seulement de l’alcool à 90°, acheté en pharmacie.
    En fait, d’un point de vue antiseptique, le 70° est plus efficace (contrairement à ce qu’on pourrait penser), mais comme pour le différencier du 90°, il y est ajouté de la tartrazine, colorant jaune comportant des risques d’allergie et potentiellement cancérigène, je m’en passe.
    Pour le déo, de toute façon il se retrouve dilué donc le degré n’est pas très important (on peut jouer sur les quantités et en mettre plus), mais la couleur jaune ça fait chimique je trouve.

  • Manu dit :

    ok c noté, je m’en vais m’en fabriquer un ! depuis le temps que je cherchais une recette !
    bizoo, bon couvage !

  • Agnès dit :

    Avec du recul, une petite cuillère de glycérine pour aider à solubiliser les huiles essentielles peut être utile: le bouchon (en plastique) de mon flacon n’est plus là pour en témoigner mais ces essences ont beau être d’origine végétale, elles n’en restent pas moins puissantes…

  • Agnès dit :

    article mis à jour le 11/06/15


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/