La guerre des champignons

12 juin 2009 Agnès Armoire à pharmacie

Bon, je sais que le maintien de la biodiversité est essentiel au développement durable mais mon engagement écologique a des limites: je ne me laisserai pas marcher sur manger les pieds!

En effet, cela fait quelques temps que j’ai remarqué une coloration jaune suspecte sur l’ongle de mon gros orteil. Et je n’ai aucun doute quant à son origine: un certain Trychophyton rubrum devait traîner sur le sol, et à la vue de toute cette kératine, il s’est dit que s’il élisait domicile ici, il ne risquait pas la famine! Ouep, ben il aurait mieux fait de demander la permission, ça va pas le faire entre nous 2…

Soit, la lunule (tâche claire à la base de l’ongle) étant atteinte, je ne peux viser l’éradication, qui requiert la prise d’antifongiques par voie orale, ce que je n’envisage pas actuellement: pendant la grossesse, mieux vaut réfléchir à 2 fois à la nécessité d’un traitement, et une mycose unguéale, ça n’a jamais tué personne. Je préfère donc le traitement local.

C’est ainsi que je me suis replongée dans mes cours: les huiles essentielles antifongiques sont celles contenant des phénols (eugénol, carvacrol) ou des monoterpénols (terpinène-4-ol, linalol), à savoir girofle, origan et sarriette, arbre à thé, lavande, …
Sachant qu’il ne faut pas appliquer les huiles essentielles à phénols pures sur la peau (ça brûle, et même si la cible c’est les ongles je déborde toujours un peu) j’ai fait un mélange:  laurier (Laurus nobilis, 1,5ml), lavande (Lavandula angustifolia, 1,5ml), et sarriette (Satureia montana, 1ml) et huile végétale de cumin noir (Nigella sativa, 1ml), aux propriétés (entre autres) anti-infectieuses dans un petit flacon de verre ambré (les huiles essentielles se conservent à l’abri de la lumière).
J’ai récupéré les petites spatules fournies avec les flacons de vernis antifongiques en pharmacie, et je les utilise pour appliquer mon mélange tous les jours.

Laurus nobilis, Lavandula angustifolia, et Satureia montana

antifongiqueremède naturel

3 Responses to “La guerre des champignons”

  • kokoro dit :

    Bonjour,

    Alors après 4 mois, ca a marché ? 🙂

  • Agnès dit :

    Tout dépend ce que l’on entend par marcher: comme j’ai dit, quand la base de l’ongle est atteinte, un traitement local ne suffit pas, mon but est donc de limiter la progression.
    Quand l’ongle est court, ça ne se voit quasiment pas, donc l’infection ne s’étend pas, ça marche!

  • Agnès dit :

    article mis à jour le 13/03/12

    à l’usage, un conditionnement en mini flacon spray est plus pratique (et génère moins de déchets)…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/