Crème light

26 juin 2009 Agnès Salle de bains

Non non, je ne vais pas parler cuisine… En fait, ma recette de crème pour le visage se trouve être un brin trop grasse pour les « beaux » jours (tout est relatif, disons qu’on atteint régulièrement les 20°C, youhou!). D’habitude, je laissais tomber ma petite préparation à l’approche de l’été, à la faveur du lait corporel au calendula Weleda®, de texture plus légère (et s’emportant partout), mais cette année je vais essayer de m’en passer.

Le défi est donc le suivant: augmenter la proportion d’eau de mon émulsion… chose impossible en utilisant la cire d’abeille comme émulsifiant. Je sais que le choix en matière d’émulsifiants naturels a tendance à s’étendre avec le succès de la cosmétique bio/écolo, mais j’essaie d’en rester à des produits basiques: Polawax®, Sodium stearoyl lactylate, Glyceryl stearate, … autant de mots que je ne trouve pas très parlants, d’autant plus qu’ils sont souvent obtenus à partir de l’huile de palme, ce qui n’est pas franchement écologique!

J’ai donc opté pour la lécithine de soja, garantie non génétiquement modifiée bien sûr! Elle se présente sous forme d’un liquide visqueux jaune orangé ou en granulés.
La mienne est liquide (Aroma-Zone), mais j’ai appris après coup que les granules donnent de meilleurs résultats.
Outre sa fonction technique, la lécithine de soja possède des propriétés émollientes (adoucit).

lecithinesoja

Il m’a fallu plusieurs essais pour réussir à confectionner une crème stable dans le temps.

  • J’ai commencé avec mes ingrédients habituels, à savoir:

– un mélange huile de noisette+nigelle+pépins de raisins,
– du thé vert à la menthe,
– huile essentielle de bois de rose.
Au début j’ai obtenu un résultat super fluide, j’étais ravie… Sauf qu’après quelques jours, impossible de mélanger le flacon! Le plus bizarre c’est que les 2 phases n’étaient même pas séparées, mais j’avais le fond du flacon presque solide et un surnageant hyper liquide. Que s’est-il passé là-dedans? Mystère…

  • J’ai donc envisagé la recette la plus simple possible:

– phase huileuse: huile de pépins de raisins (la moins chère des 3, si ça rate à nouveau…),
– phase aqueuse: eau de rose (vu que je l’ajoute à froid, autant ne pas perturber le refroidissement avec une infusion),
– pas d’huiles essentielles (peut-être est-ce la responsable du changement de consistance?, de toute façon en ce moment je ne supporte plus aucun parfum),
– extrait de pépins de pamplemousse (la forte proportion d’eau nécessite un conservateur antimicrobien; de plus je vais éviter de garder mon flacon au frigo*, peut être cela joue-t-il aussi).
Et jusqu’ici tout va bien! Reste à savoir pour combien de temps…

emulsionlecithine

Conclusion de mes essais:
– 2 cc de lécithine de soja,
– 2 cs d’huile,
– 4 cs d’eau,
– 20 gttes d’EPP.
J’incorpore la lécithine dans la phase huileuse, fais chauffer au bain-marie, puis ajoute petit à petit la phase aqueuse et enfin l’EPP au mélange refroidi en agitant vigoureusement.
En tout cas c’est assez rigolo, on dirait une mayonnaise!

cremelegere

Un petit mot sur les eaux florales au passage. Elles sont à choisir BIO (sinon c’est eau+arômes+conservateurs) et en fonction de leurs propriétés:

  • l’eau de fleur d’oranger, la plus connue, est apaisante, elle calme les peaux sensibles et sèches, et est conseillée après une exposition au soleil (et dans les crêpes et autres desserts!);
  • l’eau de rose est recommandée pour les peaux délicates, elle régule la sécrétion de sébum et raffermit les peaux matures;
  • l’eau de bleuet est décongestionnante, notamment pour les yeux;
  • l’eau d’hamamélis est indiquée pour les peaux sensibles sujettes aux rougeurs ainsi que les peaux mixtes/grasses grâce à ses propriétés astringentes.

* Bien sûr, je désinfecte toujours soigneusement matériel de fabrication et flacon à l’alcool à 90°C (qui atteint plus facilement tous les recoins des différents ustensiles que l’eau bouillante qui interdit qu’on puisse retourner le flacon, actionner la pompe doseuse, …).

cosmétique maisonsoins du visage

4 Responses to “Crème light”

  • Agnès dit :

    Après 2 semaines d’utilisation, ma victoire n’est pas complète: certes, la consistance n’a pas bougé, c’est un bon point.
    Mais j’ai relevé 2 inconvénients:
    – Tout d’abord le choix des ingrédients étant très neutre niveau parfum, l’odeur est comme qui dirait fade, un peu bizarre. Ca ne sent pas mauvais mais le zéro fragrance c’est moyen en fait.
    – Ensuite je ne sais pas ce qui s’est passé (une fois de plus!) dans le flacon entre hier soir et ce matin, mais v’là-t-y pas que ma crème s’est mise à mousser! Alors là, c’est quand même pas banal… Peut être un développement microbien? Du coup je l’ai jeté, faut savoir s’avouer vaincue (en tout cas je ne suis pas extrêmiste au point de risquer une peau toute rouge et pustuleuse). C’est dommage, normalement après 2 ou 3 semaines (fonction de l’aspect), je recycle le restant en crème pour le corps, qui supporte mieux une éventuelle petite contamination.
    Note finale: en progrès mais peut mieux faire. Affaire à suivre…

  • Agnès dit :

    article mis à jour le 25/09/12

  • Ivy dit :

    Pour stabiliser le tout et éviter de se retrouver avec un produit qui se déphase, dépose, mousse, se transforme en monstre vert et gluant, il faut ajouter 0,5% de gomme guar ou xantane à la phase aqueuse.

  • Agnès dit :

    Merci du conseil. Je suis pas fan de la gomme guar mais j’essaierai avec de l’agar-agar. J’ai pensé aussi à l’ajout de lanoline, qui épaissit et absorbe jusqu’à 2 fois son poids en eau.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/