Les plantes, des amies qui nous veulent du bien

23 mars 2009 Agnès BasesBibliothèque

Bénéficiant d’un jardin, je ne trouvais pas les plantes indispensables à notre décoration intérieure (ou plus exactement, je me disais qu’elles auraient plus de chances de survivre dehors vu que je n’ai absoluement pas la main verte). Mais je dois avouer qu’il manque un petit quelque chose dans certaines pièces, et la lecture des plantes dépolluantes, de G. Chaudet et A. Boixière,  a achevé de me convaincre de revenir sur ma décision.

On n’y pense pas tous les jours, mais la pollution est présente partout, à commencer par notre habitat: les matériaux utilisés dans le bâtiment, l’ameublement, la décoration, ainsi que les activités humaines, émettent des composés organiques volatils et autres polluants non sans effets sur la santé (cancers, troubles de la reproduction, …). Bien sûr, aérer quotidiennement permet de renouveler l’air ambiant, mais s’entourer de plantes s’avère une aide précieuse pour épurer l’air intérieur. Tout le monde sait en effet que les plantes absorbent le gaz carbonique et produisent de l’oxygène par le processus de la photosynthèse, mais ce que l’on sait moins, c’est qu’elles absorbent les polluants de l’air par les feuilles, mais aussi par les racines et les micro-organismes qui s’y fixent, et les stockent, ou les dégradent, ou les éliminent.

Je me suis donc penchée de plus près sur les sources de pollution qui m’intéressent (non fumeuse, produits d’entretien tous écologiques, ça élimine déjà de nombreux polluants…), et les plantes capables d’absorber les substances émises.

  • Le bois aggloméré est assemblé au moyen de colles contenant du formaldéhyde, que le palmier nain, le palmier bambou, les chrysanthèmes, le dracaena « Janet Craig », le gerbera, le lierre, la fougère de Boston, le philodendron rouge, et le phoenix roebelenii ont la capacité d’absorber. Le formaldéhyde peut également s’infiltrer dans l’air par dégagement gazeux des matériaux de construction (colles, peintures, papier peint, …). Toutefois, ils émettent généralement de moins en moins au fil du temps.
  • Les peintures, vernis, colles, résines, … sont sources de solvants tels que benzène, xylène, toluène. La plante araignée, le dracaena marginé, et le gerbera nettoient efficacement l’air de ces polluants.
  • La gazinière peut dégager du monoxyde de carbone (gaz tristement célèbre par les fréquentes intoxications dont il est la cause, émanant principalement d’un chauffage déréglé), contre lequel un bon entretien des appareils à combustion et une ventilation efficace sont obligatoires. De plus, la plante araignée, le dracaena marginé, et le pothos peuvent neutraliser son apparition.
  • Les appareils électriques (télévision, écrans vidéos, radios, micro-onde, téléphones mobiles, …) émettent des ondes électromagnétiques qui sont absorbées par le cactus colonnaire.

Tout ça pour justifier l’apparition de lierre sur l’appui de la fenêtre de la cuisine…

lierre

plantes vertes


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Powered by http://wordpress.org/ and http://www.hqpremiumthemes.com/